Argentine: Une fête d’anniversaire vraiment spéciale

Imprimer

Chronique de la 37° rencontre ÉdeC "Une économie pour tous: 25 années à construire de la cohésion sociale".

de Carolina Carbonell

160424 argentina 01La mariapolis Lia s'est revêtue de soleil pour accueillir la centaine de personnes "invitées au banquet" qui sont venues de toute l'Argentine pour participer à la rencontre ÉdeC "Une économie pour tous: 25 ans à construire de la cohésion sociale".

Seuls les ‘hommes nouveaux’ peuvent construire de la cohésion sociale, une nouvelle économie, le monde uni”, a dit l’entrepreneur Aldo Calliera dans son allocution d’ouverture de cette rencontre, où il a parlé de la miséricorde dans la vie économique. Une miséricorde qui s’exprime en trois mouvements: celui des yeux, celui des entrailles et celui des mains.

La miséricorde, qui est un don et non un mérite acquis, commence en voyant l’autre qui se trouve dans le besoin avec des yeux nouveaux... Puis les entrailles: si nous ne sommes pas capables de nous indigner en face d’une injustice, nous ne serons pas capables de miséricorde, capables de nous émouvoir devant une personne qui s’est trompée de route…Finalement les mains : il ne suffit pas de s’émouvoir, il faut agir, réagir, reconstruire les 160424 argentina 08relations brisées. La miséricorde est action, courage, pas seulement sentiment. ”.

En écho à cette superbe réflexion sur l’immense besoin de miséricorde qu’il y a dans nos entreprises,  le témoignage de deux entrepreneurs qui ont été volé par un employé, auquel ils ont pardonné avec ce pardon “agapique” qui arrive avec l’accolade bien avant que l’autre dise “pardonne-moi”.

Le Pôle Solidaridad: la nouveauté et le gâteau d’anniversaire.

160424 argentina 03

Un moment de grande joie a été la visite au Pôle Solidaridad. Les participants ont pu y écouter les expériences et être témoins de la fidélité de Pepe Marín (Primicias) et Norma, de María Luz Maliandi (Cosmética Norma Maliandi) et fêter l’agrandissement de Pasticcino, qui continue à croitre, grâce notamment au contrat avec la multinationale Starbucks, contrat obtenu de manière providentielle.

Un groupe de japonais était en visite à la Mariapolis Lia et quelqu’un leur a proposé de visiter aussi notre entreprise. A la fin du tour de l’usine, l’un d’eux a dit : Gonzalo, tu sais que je suis un ami du PDG de Starbucks ?’ Non seulement il a organisé160424 argentina 04une rencontre mais il m’a aussi donné la clé du succès: ‘raconte lui ta vie, comment tu as commencé à faire des biscuits dans ta cuisine, parle lui de l’ÉdeC’. Ainsi ai-je fait et ce fut une réunion spectaculaire.... Aujourd’hui nous avons une relation excellente. Le ccokie de Noël que nous avons produit pour eux a été numéro un absolu des ventes, battant l’imbattable pudding au gingembre de Starbucks!”.

Raúl, un des entrepreneurs pionniers de l’ÉdeC argentine, a découpé le gâteau du 25ème anniversaire: “une expérience qui durera toujours”. Ramón Cerviño a adressé un message pour l’occasion: “Ici même, il y a 25 ans, avec d’autres qui sont présents parmi vous, j’ai entendu l’annonce d’une 160424 argentina 05nouvelle réalité entrain de naître: l’ÉdeC. Nous sommes restés frappés, foudroyés, fascinés et surtout interpellés. On nous proposait un style de vie à partager, pour montrer qu’également dans le monde économique il est possible d’entretenir des relations fraternelles et inclusives. A ce moment précis nous nous sommes engagés collectivement à acquérir le terrain de ce qui est aujourd’hui le Pôle Solidaridad, avec le rêve de rendre visible cette réalité ... Profitons du banquet, réactivons les rêves, nous invitons à rêver ceux qui participent à la fête pour la première fois. ”.

Ceux qui nous accompagnent depuis là-haut et les nouveaux arrivés.

Un moment vraiment touchant a été le 160424 argentina 07souvenir de ceux qui sont "partis récemment et qui désormais nous accompagnent et nous guident depuis là-haut: Aida Falcone, une chef d’entreprise de Rosario, qui détestait être appelée “grand-mère ÉdeC ” et l’inoubliable Leo Andringa.

Un  autre moment spécial a été le témoignage Lucas et Horacio, deux jeunes entrepreneurs qui depuis quelques mois ont mis sur pied le projet “Diporá” pour la vente d’aliments pour chiens. Le plus beau ce fut l’expérience d’accompagnement dont ils ont bénéficié auprès d’autres amis de l’ÉdeC, accompagnement non seulement économique, mais aussi de gestion pratiquement partagée.  En outre, comme un signe de la providence, le volume des premières ventes a représenté le double, puis le triple des prévisions faites lors de l’étude de marché.

Politique et économie se rencontrent.

Veronica, de la MPPU, a partagé l’expérience du projet en cours de développement dans le Nord de l’Argentine. Là 900 familles autochtones durement frappés par le chômage sont aidées pour l’apprentissage d’un métier et commencer des activités productives grâce à un système de microcrédit. Dans cette action sont impliquées conjointement différentes organisations publiques et privées, parmi lesquelles l’ÉdeC. Au fur et à mesure que Veronica parlait, venait toujours plus en lumière le besoin d’aller ensemble, chacun avec son point de vue mais ensemble dans l’action.

160424 argentina 06

Ce sont toutes des expressions d’un style de vie qui attire, comme cela est arrivé à Mariano, qui participait pour la première fois à une rencontre de l’ÉdeC : “Ce fut la première de toutes les rencontres qui, je l’espère, suivront. J’ai ressenti les bras ouverts de chacun des participants. J’ai vécu la communion qui naît quand on met l’homme au centre de chaque pensée et chaque action humaine. Ce fut une expérience incroyable et inoubliable".