Côte d’Ivoire : journée de partage sur le projet ÉdeC

Imprimer

Le 20 février à Abidjan s’est déroulée une journée en vue de faire connaître le projet ÉdeC.

160220 Abidjan 01 ridAprès le congrès international ÉdeC à Nairobi, la commission locale ÉdeC Afrique de l’ouest, avec joie et enthousiasme, a voulu relancer l’ÉdeC sur le site qui lui a été confié en vue de la promotion des idées de l’ÉdeC .

Cette journée était  dénommée « journée d’activité et de partage ». Elle a vu la participation de 26 personnes venues essentiellement de différents quartiers de la ville d’Abidjan, parmi lesquelles des étudiants, des travailleurs, des commerçants et des personnes en quête d’emploi.

160220 Abidjan 02 ridLa journée a commencé avec l’introduction de Pulchérie Prao sur une vidéo qui consistait à donner une première perception de l’économie de communion.  Étant donné que la moitié des invités était un public nouveau qui n’avait jamais entendu parler de cette nouvelle économie, à travers cette vidéo, ils ont pu comprendre l’origine et les valeurs de l’économie de communion.

Ensuite nous avons eu le thème de la journée développé par Désiré Kouassi. Il était intitulé: « L’économie de communion un modèle de vie pour une société meilleure ».
Tout d’abord Désiré a parlé de l’économie capitaliste dans ses dérives et contradictions.  Ensuite il a développé le modèle économique que propose l’ÉdeC face au capitalisme et face aux problèmes de la pauvreté. Dans une troisième partie, il a expliqué comment l’économie de communion peut être vécue au sein de la famille, du travail et dans nos rapports dans la société. Il a conclu en affirmant que si ces trois échelons (famille, travail, rapport interpersonnel) vivent l’esprit de l’ÉdeC, on peut alors parler d’hommes nouveaux qui contribuent à l’élaboration d’un monde meilleur.

Le temps consacré aux  questions a été très intense. Ce fut le cas d’un entrepreneur qui tout en appréciant l’ÉdeC, exprimait son inquiétude quant au fait qu’elle pourrait contribuer à l’encouragement de la paresse par l’aide qu’elle apporte aux pauvres. Cependant, comme bien d’autres invités, il a pu être convaincu par les réponses des 160220 Abidjan 03 riddifférents membres de la commission locale qui ont relaté en long et en large les différentes actions concrètes que mène l’ÉdeC dans le monde. De même que d’autres invités, il a pris l’engagement de maintenir le contact afin de pouvoir mieux approfondir ses connaissances sur l’ÉdeC.

L’intervention du professeur Benedetto Gui, de la commission internationale de l’ÉdeC a été aussi un point culminant dans le déroulement de cette journée. Il a donné les nouvelles des différents évènements ÉdeC qui ont eu lieu ou qui se préparent dans le monde. Il a aussi mis l’accent sur l’ÉdeC en Afrique, notamment le congrès qui a eu lieu à Nairobi. Selon lui, l’ÉdeC a besoin de l’Afrique. Il n’a pas fait fi des différents projets comme l’encouragement à la création de projets par les jeunes dans le monde et surtout en Afrique dénommé ‘’incubateur’’ en apportant un appui matériel, technique…

Nonye Christiane, qui est co-responsable de l’ÉdeC en Afrique, a fait une mise au courant du congrès international ÉdeC qui a eu lieu à Nairobi à travers des photos accompagnées de commentaires des temps forts de cet évènement.

Nous avons recueilli quelques impressions :

1. « Rencontre très édifiante qui a permis, en plus de faire de nouvelles connaissances, d’appréhender un sujet qui m’était jusque-là inconnu. Très bonne initiative qui permettra à plus d’un de recadrer son champ d’action tant au plan professionnel que social ou familial. 160220 Abidjan 06 ridÉconomie de communion : une nouvelle vision pour faire fructifier son talent au service des autres. Merci à l’équipe! » Yapo Beda Modeste

2. « D’abord remercier les organisateurs et la contribution de chacun à ma compréhension. Le changement interne et externe est une chose qui m'a émerveillé. Le don, le partage, la famille et la fraternité ont été pour moi un apport. Tout cela me fait voir comment je pourrai mettre mon travail au service des autres. Merci à tous et je souhaite un approfondissement et échange avec vous ». Kambire G. Rodrigue

3. « J’ai été très sensible au thème développé surtout le point concernant la famille comme premier maillon d’une entreprise. Je souhaiterais en savoir davantage pour que de ma famille et des familles qui composent ma grappe sortent des hommes nouveaux pour une véritable société nouvelle ». Amany Bernard